Select Page

“L’agriculture de demain devra mieux respecter l’homme et la terre”

de Frédéric Delepierre Journaliste au service Société du journal Le Soir –  25/05/2020
Voici un article du ‘Soir’, qui fait honneur à François Wiaux, maraîcher, à 2 pas de Blanmont, entre le Moulin Al Poudre et Hévillers:

François Wiaux travaille les 30 ares qu’il cultive selon les principes de l’agroécologie.

Le reportage évoque l’expérience de ses débuts, ses rapports avec les clients-consommateurs (système du prépaiement forfaitaire pour 8 mois: un système basé sur la confiance), les effets du labour.

Quentin Ledoux, également bio-ingénieur de formation reconverti dans l’agroécologie, complète le reportage avec ses propres calculs de production, montrant que son modèle (50 ares, pour nourrir 50 familles) est parfaitement reproductible en vue d’une autonomie alimentaire locale.

La recherche de terres arables pour ce faire est évoquée: fabriques d’églises, système de l’association ‘Terres en vue’, … on pourrait y ajouter l’enjeu des anciens sarts communaux, parfois oubliés laissés en friche.

La Fugea, Fédération Unie de Groupements d’Eleveurs et d’Agriculteurs, est interrogée également sur ce sujet, en la personne de Thimotée Petel, chargé de mission FUGEA: accès aux terres, tranlformation relocalisée des produits, salaires décents,…

COVID19:

Effets, dégâts sur le secteur, leçons et perspectives pour l’après Covid : le reportage interroge d’autres filières encore du secteur agricole et conclut:

Il faut améliorer la coopération entre les producteurs et les consommateurs: acheter belge, acheter local – négocier des quotas locaux avec la grande distribution – revaloriser la qualité dans le prix de vente – combattre les importations inutiles et évitables

Sur le même sujet, sur le site du SOIR:

Share This