Diane Decamps a épousé Luc Dogimont en 1984. Elle est la mère de deux garçons, tous deux adultes à présent, et comme toute la famille, sensibilisés depuis leur plus tendre enfance aux merveilles de leur environnement .
Diane Decamps a grandi à Boitsfort, une commune de Bruxelles, village dans la ville, à l’orée de la forêt de Soignes. Elle y a été sensibilisée très tôt à cet environnement riche notamment au niveau ornithologique, et a participé à de nombreuses actions et associations de protection de l’environnement. La musique également a bercé sa vie depuis sa naissance, notamment via son apprentissage du piano.
Quand elle s’est installée à Perbais, il y a 32 ans, elle a travaillé pour deux CPAS de la région, avant de rejoindre l’ISBW, au service des « gardiennes d’enfants », actuellement « accueillantes d’enfants conventionnées ». Elle a ensuite rejoint le service d’accompagnement de la personne handicapée, puis, depuis peu, le service d’accueil extra scolaire, avec un projet d’inclusion de l’enfant porteur de handicap et de l’enfant issu de familles précarisées.
Diane a aussi un passé syndical, et a défendu des enjeux aussi importants que : statut public et pécuniaire de l’ISBW, transparence et procédures dans les nominations du personnel, règlement de travail, défenses des travailleurs…
Ecologiquement : Dès son arrivée dans notre environnement rural, Diane a eu la nostalgie de ses chers arbres de la forêt de Soignes. Elle a adhéré au groupe GERMER (Walhain) qu visait, entre autres projets, la replantation de haies vives. Puis, quand le groupe a évolué vers une locale ECOLO à Walhain, elle en est devenue membre. Quand, en 2000, la famille a déménagé à Chastre, Diane s’est inscrite à la locale ECOLO de Chastre. Elle a participé à la replantation de haies et d’arbres remarquables, au sein du groupe Chastre Biodiversité.
Diane peut apporter aux habitants de Chastre, sa connaissance en matière de droits sociaux, son intérêt marqué pour les problématiques que vivent les agriculteurs, et la défense d’une agriculture familiale, proche des consomm’acteurs, et dans leur rôle pour le maintien voire la restauration des zones d’intérêt écologiques : haies, cultures bio, agro foresterie, et circuits courts.

Share This